« Christus resurrexit ! »


« Le Christ est ressuscité ! », disons-nous avec des accents de joie le dimanche de Pâques ! Et c’est bien vrai… Par sa mort, le Christ a vaincu la mort. Son humanité est désormais habitée d’une puissance de vie indestructible qui est la vie même de Dieu. Mieux encore, le Christ ne garde pas cette vie de Ressuscité pour lui seul, comme harpagon veillant jalousement sur son trésor. Jésus, qui nous a donné sa vie sur la Croix, continue de nous la donner alors qu’il est ressuscité et siège à la droite de Dieu dans le Ciel. Il nous la donne dans sa Parole et ses sacrements, pour qu’à notre tour nous puissions nous engager sur le chemin qu’il a le premier parcouru jusqu’au bout.
Cependant, si nous faisons l’effort de réfléchir à ce qu’est exactement la résurrection, nous pouvons être surpris du manque de renseignements fournis par l’Écriture Sainte. Très concrètement, notre vie passée sera-t-elle encore présente à notre corps ressuscité ? Comment nous comporterons-nous, au paradis, les uns envers les autres ? Comment communiquerons-nous ? Et Dieu, comment nous adresserons-nous à Lui ? Autant notre expérience du mal, du péché et de la souffrance nous permet facilement de nous représenter l’enfer, autant notre expérience de la charité, pourtant très réelle, semble impuissante à nous faire imaginer notre propre résurrection…
Notre foi n’est pas vaine puisque des témoins ont raconté les apparitions du Ressuscité. Mais aucun de nous n’a encore expérimenté pour lui-même, fût-ce de manière fugace, la résurrection à laquelle il aspire. Nous savons que nous serons dans la joie éternelle mais le contenu de cette joie, nous l’abandonnons à Dieu jusqu’au jour de notre propre résurrection. De la sorte, notre foi reste un acte de confiance en Dieu très pur et désintéressé. Il est bon qu’il en soit ainsi !

Père Florent URFELS