« On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux » dit le renard au Petit Prince


Mais comment garder un œil ouvert et lucide ? Voilà le problème ! Il n’a jamais été facile de ne pas laisser notre cœur se fermer et nous sommes de nos jours tellement sollicités par le désir de tout ramener à nous, à notre bien-être, à notre susceptibilité, à notre confort ...
Les ascèses de carême — le jeune, l’aumône, la prière —poussent l’œil du cœur à se détourner de nous-mêmes pour entrer dans le repos du Seigneur, ce que confirme le psalmiste « Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ? Ne fermez pas votre cœur ». (Psaume 94)
La pratique de l’ascèse est essentielle. Ce n’est pas toujours des grands projets ambitieux qui nous hissent vers le ciel et qui finissent d’ailleurs par nous décourager car nous n’y arrivons pas. Ecoutons le père Hubaut : « Délivre-moi de la perfection que je veux me donner, ouvre-moi à la sainteté que tu veux m'accorder ».
Les ascèses de carême rendent visible l’essentiel et donnent les fruits d’une simple disponibilité, d’une souplesse, d’une présence, d’un renoncement, d’un regard. Il nous reste quelques jours encore pour ouvrir l’œil de notre cœur.

Robert Mc Keon, diacre